Imprimer

Thierry Le Luron
Un grand humoriste

Luc Antonini

Ses imitations de Valéry Giscard d'Estaing, Jacques Chirac, Raymond Barre, François Mitterrand ou Georges Marchais lui valent une très grande popularité, accentuée par des interventions remarquées dans les médias et plusieurs saisons de spectacles dans des théâtres parisiens. Provocateur, il interprète le 10 novembre 1984, dans Champs-Élysées de Michel Drucker, L'emmerdant, c'est la rose en direct à la télévision, parodie d'une chanson de Gilbert Bécaud, en s'adressant directement au président François Mitterrand, une de ses cibles favorites

Nom rare porté dans l'Yonne et dans la Somme. Correspond à l'ancien français gogoier (= rire, se moquer, également faire bombance), sans doute le surnom d'un joyeux luron ou d'un personnage moqueur. Le nom de Luron est classé au 13291ème rang  en France.

Biographie : Thierry Le Luron, était un humoriste célèbre pour ses imitations d'hommes politiques. Thierry a également connu le succès comme chanteur et animateur. En 1985, il épouse "pour le meilleur et pour le rire" un Coluche travesti en mariée avant d'être emporté l'année suivante par le virus du sida. C'est à Paris que Thierry Le Luron voit le jour le 2 avril 1952. Il passe une enfance paisible dans une famille modeste avec comme rêve le plus fou de devenir chanteur. Avec ses amis lycéens, il se produit dans des cabarets parisiens. L'année de ses 18 ans, il effectue sa première émission de télévision, et remporte six fois de suite le concours de chant "Le jeu de la chance". C'est dans cette émission diffusée sur Télé Dimanche que Thierry Le Luron va se faire un nom, non pas dans la chanson, mais dans l'imitation. En février 1970, il imite le chanteur Salvatore Adamo, puis l'homme politique Jacques Chaban-Delmas, et conquiert spectateurs et téléspectateurs. Provocateur, il n'hésite pas à s'attaquer aux personnalités politiques, comme Jacques Chirac ou Georges Marchais. L'humoriste, coutumier des interventions médiatiques remarquées et des soirées mondaines, dérange autant qu'il fascine. Ses spectacles, tels que "Le Luron en liberté", font salle comble. En 1984, il s'en prend publiquement au président de la République François Mitterrand, en parodiant la chanson de Gilbert Bécaud "L'important, c'est la rose" en "L'emmerdant, c'est la rose" en direct, à la télévision. L'année suivante, il pousse la provocation à son paroxysme en se mariant avec un autre agitateur anticonformiste : Coluche . Le 13 novembre 1986, Thierry Le Luron décède à 34 ans du sida, virus qu'il aura gardé secret du grand public. Encore aujourd'hui, il est considéré par ses pairs comme l'un des plus grands imitateurs français.

Généalogie de Rolland à Thierry.


I - Rolland Le Luron est de nos jours le plus ancien ancêtre de Thierry Le Luron. Marié à Marguerite Le Blanche, qui était née à Perros-Guirec (22) en 1607, elle meurt à Perros-Guirec (22) le 24 décembre 1682 Perros-Guirec, chef-lieu de canton du département des Côtes-d'Armor. Perros-Guirec est située dans un site naturel protégé, au milieu d'un paysage insolite où la terre et la mer sont parsemées de rochers de granite rose aux formes qui semblent comme découpées par le vent. La ville a deux emblèmes : le macareux, petit oiseau marin au bec coloré dont la plus grande colonie en France niche dans les Sept-Îles, et la fleur d'hortensia particulièrement présente dans la ville et les jardins des particuliers. Perros-Guirec vit essentiellement du tourisme. Durant l'été, la ville prend une autre dimension tant en activités (sportives, culturelles et économiques) qu'en population. Elle est connue comme station balnéaire à caractère familial grâce à quelques belles plages de sable fin (Trestraou et Trestrignel) et à sa côte composée en partie de blocs de granite rose aux formes impressionnantes. En 2007, la ville a été élue meilleure station balnéaire de France dans une enquête réalisée par le magazine Le Nouvel Observateur. La commune est divisée en plusieurs bourgs. En dehors de la ville elle-même, les deux plus importants sont Ploumanac'h  et La Clarté, dont:

II - Malachie Le Luron, voit le jour à Perros-Guirec (22) le 3 août 1632. Il meurt à Louannec (22) le 26 mai 1712, ayant épousé à Perros-Guirec (22) Françoise Toudic, née à Perros-Guirec (22) en janvier 1628, qui meurt à Perros-Guirec (22) le 20 avril 1706, fille de Jean Toudic et de Marie Allain. Dont :
1) Jeanne Le Luron, née à Perros-Guirec (22) le 22 août 1656. Elle épouse à Perros-Guirec (22) le 26 juillet 1687 Sébastien Talouarn, a.p.
2) Henri Le Luron, né à Perros-Guirec (22) le 18 octobre 1657.
3) Jean Le Luron (qui suit).
4) Michel Le Luron, décédé à Saint-Quay-Perros (22) le 22 février 1730, marié en 1ères noces à Françoise Lissilour (vers 1666-1700), veuf il  épouse à Saint-Quay-Perros (22) le 22 mai 1708 Marie Nicolas. dont postérité de ses deux mariages.

III - Jean Le Luron, né à Perros-Guirec (22) le 7 février 1659, il est porté sur les fonds baptismaux par Jean Le Luron et Jeanne Le  Luron. Jean épouse à Louannec (22) le 14 juillet 1687 Marie  Le Quellec, née à Louannec (22) le 19 février 1661, décédée à Louannec (22) le 15 juin 1730, fille de Pierre Le Quellec et Jeanne Le Goffic, dont :
1) Pierre Le Luron, né à Louannec (22) le 11 février 1689.
2) Michel Le Luron, né à Louannec (22) le 6 octobre 1691.
3) Yves Le Luron (qui suit).

IV - Yves Le Luron, né à Louannec (22) le 9 décembre 1692, meurt à Louannec  (22) le 26 mars 1732. Il épouse Marie Le Couls, né vers 1690, décédée à Louannec (22) le 22 février1758 fille d’Yves Le Couls et de Jeanne Le Pezron, dont :

V - François Le Luron, né à Louannec (22) le 30 janvier 1722,  meurt à Perros-Guirec (22) le 1er juillet 1792,  épouse à Louannec (22) le 19 février 1754  Maria Lissillour née à Louannec (22) le 30 avril 1730, fille d’Amaury Lissillour et de Marie Daniel qui lui donne onze enfants:
1) Jean Le Luron, né à Perros-Guirec (22)  en 1754.
2)  Marie Le Luron, née à Louannec (22) le 3 février 1755.

Voir sa généalogie

 

Généalogie Magazine n° 364

Affichages : 759