Imprimer

Géraldine Pailhas
Une actrice discrète

par Luc Antonini
 

 En 2009, elle a tourné dans le premier film de son mari Christopher Thompson Le Bus Palladium. L’histoire racontera le parcours de deux membres d’un groupe de rock dans les années 80. Sa ville, c’est Marseille. Elle a grandi à Éoures, près d’Aubagne, et est allée aux lycées Borély et Périer. Sa première passion est la danse, à raison de 8 heurs par jour. Elle a d’ailleurs débuté dans un clip des Gipsy Kings tourné à Eygalières et à Saint-Rémy.

Des débuts fulgurants


Actrice discrète, Géraldine Pailhas a dans un premier temps entrepris de devenir danseuse. La jeune Marseillaise connaît des débuts fulgurants à l’écran, décrochant un César pour son interprétation dans La Neige et le feu de Claude Pinoteau, sa toute première expérience cinématographique. La suite de sa carrière sera moins remarquée, faisant le choix d’un cinéma populaire et de bon goût, mais réussissant rarement à toucher le grand public. Elle participe néanmoins à quelques belles aventures cinématographiques : Les randonneurs de Philippe Harel, emmené par un Benoît Poelvoorde au meilleur de sa forme ; on se souvient d’elle dans La Parenthèse enchantée de Michel Spinosa, essai réussi sur l’amour libéré des années 1968. 

Elle joue sous la direction de grands noms du cinéma français : dans le film testament de Maurice Pialat, Le Garçu, au côté de Gérard Depardieu ; dans La Chambre des officiers de François Dupeyron, long métrage remarqué sur les gueules cassées de la grande guerre et le film de Cédric Klapisch Peut-être, qui ne rencontre pas le succès escompté. Mais l’actrice ne désespère pas de se faire un nom auprès du grand public. 

On l’a vue récemment dans L’Adversaire de Nicole Garcia, avec Daniel Auteuil ; elle donnait la réplique à Benoît Magimel dans Les Chevaliers du ciel de Gérard Pirès en 2005, l’adaptation de la célèbre série. Elle participe à 5x2 de Françcois Ozon, film audacieux d’un point de vue de la mise en scène, mais qui ne remporte pas un franc succès auprès du public et de la presse.

Patronymes étudiés : Bret – Houry – Houry Tannenbaum – Lacan – Levilain – Liccia – Martelli – Oudin – Pailhas – Roman – Stroppiana – Tannenbaum – Thompson

© Généalogie Magazine N ° 293

Affichages : 2614